PRESENTATION D'INTERFERENCES

Christophe    Yvan

Petit historique de l'émission et réflexion sur l'évolution du METAL

En 1985 commençait une grande saga radiophonique : Interferences. Tout débuta pour moi quand Nicolas avec qui j'allais au lycée me demanda de le rejoindre pour animer METAL MASSACRE. Ma premiére émission eu donc lieu un mercredi soir de juin 1985 dans les minuscules locaux de la radio qui s'appelait à l'époque Radio pour tous, sur du matériel dont ma chaine HIFI ne voudrait même pas. Les radios libres n'existant que depuis 1982 ( plus le détail sur le site de la radio), on peut dire que c'était du brut de chez brut. Un agrandissement des locaux puis du nouveau matériel de diffusion furent les bienvenus. Il faut rappeler pour les plus jeunes qu'on émettait en mono et qu'on ne passait que des cassettes et des vynils, les CD et autres supports numériques n'existant pas. La formule d'alors était de presenter une nouveauté avec 6 morceaux ( ma premiére fut un album de GRIM REAPER ) et des séries: une "speed" et une "cool".Quand on se rappelle que les plus violents étaient METALLICA , SLAYER et VENOM, nos oreilles étaient à l'abri du claquage. Aprés le depart de Nicolas au début des années 90, j'ai continué seul jusqu'a ce que notre bien-aimé Yvan me rejoigne en 1995. Plus de séries simplement du métal sous toutes ses formes. Ce qui est amusant, quand j'y repense, c'est qu'au départ celui qui écoutait la musique dite "extréme", c'était moi. Alors que maintenant je passerai plutôt pour être celui qui calme le jeu. Maintenant, on a largement dépassé la trentaine, une vie de famille, mais on est toujours là car la foi dans la musique nous anime toujours et comme on dit le métal conserve. Cette année RADIO 666 fétera ses 20 ans et Interferences ses 17 ans d'existence sur les ondes de la région et ce n'est pas un mince exploit quand on voit les changements qu'à subit le paysage radiophonique du Calvados. Peu de radios du début des années 80 sont encore là.
Avec l'arrivée d'Internet, il est plus facile pour nous d'avoir accés au news et au démos, c'est pour cela que vous pouvez en entendre plus régulierement. De plus la qualité des groupes ainsi que celle des enregistrements nous permet de mieux decouvrir ces formations qui font vivre notre musique préférée. Le métal, dans son ensemble à formidablement évolué. Les groupes sont de plus en plus techniques, la qualité des enregistrements, on l'a déjà dit, est impressionante, de nouveaux courants musicaux ont vu le jour. Par contre, il faut maintenant plusieurs années aux musiciens pour nous sortir des albums, les tournées durent de plus en plus longtemps donc moins de concerts chez nous et la durée de vie des nouveaux groupes est de plus en plus courte. Ou est passé le temps des longues tournées de SAXON, IRON MAIDEN ou MOTORHEAD ? La rentabilité et le business ont pris le pas sur l'idée que l'on se faisait de la musique il y à encore quelques années.
Voila, j'éspére que le site vous satisfera et nous permetra peut être d'avoir encore plus de contacts avec les gens qui vivent pour et par le métal. Rendez vous donc à samedi.

Amen
Christophe


REFLEXION PERSONNELLE SUR 20 ANS DE METAL


En 1980 sortait l’album Back In Black d’ AC/DC, pour moi le choc, la révélation, à 11 ans je découvre le Rock . De là, part une insatiable envie de découverte, tout y passe (Police, Trust, Pink Floyd, Led Zeppelin, Deep Purple…..). Puis vient la découverte de la NWOBHM avec son groupe phare : Maiden. Puis le trash avec l’avènement de Métallica et de Slayer (Show no mercy à l’époque avait été critiqué plus mauvais album du mois par Enfer magazine, comme quoi) parallèlement à ça apparition de la cold wave britanique qui plus tard fusionnera. Découverte également de la funky music du milieu des 80, ça bougeait à l’époque. Fin des 80 émergence du Death et du Black (et oui Bathory, Venom et Celtic Frost ont fait des petits). Mais toujours le métal en toile de fond. Retour au Hard Rock superstar dans le début des 90’s avec encore en tête de liste….. AC/DC puis les Guns et Metallica qui pour beaucoup ont perdu leur âme à ce moment. Et la vague Grunge emporte tout sur son passage, nouvel ordre du star système avec pour aboutissement le Néo Métal devenu la propriété des grandes maisons de disque. On est loin ici de l’esprit original d’un Sépultura ou d’un Machine Head. L’heure est désormais au formatage et ça dans tout les styles. Le true métal repointe le bout de son nez sans réel renouvellement (tant mieux pour ces groupes qui ont connus des années de galère et qui ont continué contre vents et marées). Dans chaque chapelle il sort 15 clones des « maîtres » par mois. Le métal français peine comme toujours à sortir de son hexagone malgré une scène originale, en cause le manque de structure ?…. à voir. Heureusement au fil des ans la musique avance, certains groupes n’ont pas peur du préconçu, explorent, métissent, créent en dépit des modes et du marketing.
Grâce à eux cet esprit de découverte qui m’a animé au début est toujours présent.
On voit la création d’une nouvelle forme de culture underground depuis 10 ans : la techno, vivement les futurs métissages (n’en déplaise aux purs et durs).
Pour conclure le rock n’roll n’est pas mort (pour preuve Alice Cooper décapite enfin Britney Spears), il reste juste à espérer que cette uniformisation qui nous guette n’ait pas raison de cette formidable culture dérangeante apparue dans les années 60.
Yvan
Home